Zoom sur la mûre sauvage

Vu la période abondante de ces délicieuses baies juteuses, j’ai choisi de commencer ce premier « Zoom sur » en vous parlant de la mûre sauvage.

  • Déjà, pourquoi « mûre sauvage » ? Existe t’il d’autres types de mûres ?

Tout d’abord, sachez que la mûre que nous consommons habituellement, ne provient pas du mûrier mais de la ronce.

Le mûrier à proprement parlé, lui, existe bien mais il s’agit d’un arbre et non d’un arbuste. Il donne aussi de petits fruits mais on les trouve beaucoup plus rarement et ils ne représentent pas la majorité de notre consommation.

Les mûres, fruits de la ronce, peuvent se distinguer en 2 grandes catégories.

D’un côté, les mûres cultivées (qui ont fait l’objet d’une longue sélection par l’homme pour obtenir différentes variétés aux caractéristiques spécifiques).

De l’autre, celles qui nous intéressent ici, les mûres sauvages.

Ces dernières sont généralement un peu plus petites, un peu moins sucrées, et légèrement plus acides que leurs soeurs. Mais heureusement ces fruits sauvages ont généralement une saveur beaucoup plus puissante et cela en fait l’un des fruits préférés de l’été.

  • Où trouver ces fameuses mûres sauvages ?

Comme je disais un peu plus haut, la mûre sauvage pousse sur la ronce. Là où vous trouverez des ronces (forêts, clairières, chemins de campagne), vous aurez aussi la chance d’y découvrir ces délicieux fruits « les mûres sauvages ».

Mûres sauvages

  • Y’a t’il une période de l’année pour cueillir les mûres sauvages ?

Oui, après une période de floraison qui a lieu au environ de mai-juin où l’arbuste épineux se couvre de fleurs blanches/rosées.

Les fruits commencent à se développer et à murir à partir de la mi-août jusqu’à mi-octobre (parfois un peu avant). Si le soleil a été au rendez-vous, tous les fruits des ronces commencent alors à prendre une belle couleur bleue-noire, signe que les mûres sont parfaites pour être récoltées.

  • Quelle est la meilleure façon pour récolter les mûres sauvages ?

Côté vêtements, surtout couvrez vous bien les jambes, un vieux jogging fera très bien l’affaire. Pour le haut du corps, prenez une veste qui cache bien le cou et les bras. N’oubliez pas que vous allez vous engager dans des ronces, les risques de griffures ne sont pas à exclure.

En forêt, emportez un pull. Cela vous évitera d’être la proie des tiques.

Pour la récolte, emportez avec vous un petit carton, une grande boite en plastique ou même un petit panier en osier mais surtout pas de sac en plastique.

Les mûres sont des fruits fragiles qui nécessitent de ne pas être trop écrasés ou secoués. Alors on y met le plus de délicatesse possible :).

Petit conseil : récoltez principalement les fruits situés en hauteur ou à mi-hauteur. Les fruits situés plus bas peuvent abrités des parasites très dangereux.

  • Peut-on et comment conserver les mûres sauvages ?

Bien sûr. Les mûres sauvages peuvent se conserver de différentes façons. Tout dépend de l’utilisation que l’on souhaite en faire.

Pour une utilisation rapide, la conservation au réfrigérateur est idéale. Elle permet de maintenir les fruits dans un excellent état pendant environ une semaine. Goût, aspect, tenu seront conservés. Privilégiez ce mode de conservation, si vous souhaitez les consommer rapidement.

Pour une conservation un peu plus longue, tout en gardant les mûres entières, la conservation par congélation est parfaite. Après les avoir correctement nettoyées (ce que nous verrons un peu plus bas), les placer dans des boîtes hermétiques suffisamment grandes pour ne pas qu’elles soient trop tassées. Les mettre au congélateur. Les mûres pourront être ainsi conservées pendant plusieurs semaines.

Si vous avez de grandes quantités de mûres et que vous souhaitez les conserver très longtemps, la réalisation de confitures est la solution. Vous aurez ainsi plusieurs pots d’avance afin d’affronter les dures journées d’hiver :).

Enfin, la réduction des mûres en purée/jus, vous permettra une excellente conservation. Placer ces purées/jus au congélateur. Il ne vous restera plus qu’à les décongeler juste avant de les utiliser à froid. Pensez aussi à utiliser de petits contenants pour la congélation (comme des bacs à glaçon) car il sera alors plus facile de décongeler juste la quantité nécessaire.

  • Comment nettoyer les mûres ?

Comme indiqué plus haut, les mûres sauvages sont exposées aux passages d’animaux comme les renards, les chats et les chiens sauvages qui peuvent contaminer les fruits. L’echinococcose est un exemple de maladie grave pour l’homme, provoquée par un parasite de ces animaux.

Il est donc important de bien laver vos fruits après la cueillette. Pour cela, les placer dans un grand récipient puis y ajouter de l’eau et du vinaigre, à raison de 3/4 d’eau pour 1/4 de vinaigre blanc.

Laisser tremper une petite minute puis rincer à l’eau claire pour retirer l’odeur du vinaigre.

Placer les mûres sur un papier essuie-tout puis tamponner délicatement pour sécher les fruits.

  • Comment les utiliser ?

Avec ces fruits, il existe plusieurs possibilités pour profiter de leur saveur.

La réalisation de confitures est sans doute l’une des façons la plus simple et délicieuse de profiter des mûres. Après avoir réalisé une délicieuse confiture, une petite tartine au petit déjeuner ou au goûter fera sûrement plaisir à l’ensemble de la famille.

Tout en les gardant entières et pour les mettre en valeur, la réalisation de succulentes tartes, de cakes plaira au plus petits comme au plus grands.

Il est aussi possible de réaliser de la purée ou du jus de mûres afin de l’utiliser dans de délicieux entremets.

Pour ceux qui souhaitent en profiter à l’apéritif, il est tout à fait possible de réaliser sa crème de mûres maison.

  • Et le fameux mûrier, peut-on utiliser ces fruits ?

Tout à fait. Après que celles-ci soient bien mûres, comme sur les photos ci-dessous.

On peut alors réaliser des confitures, de la crème de mûres, de la purée/jus pour entremet… Le seul petit point négatif, c’est que le goût de ces fruits est moins prononcé que leurs jumelles « les mûres sauvages ».

Et voilà. Un petit article loin d’être exhaustif sur la mûre sauvage mais dont le seul but est de vous apporter un petit peu d’informations sur ces délicieuses baies noires. J’espère qu’il vous plaira :). Très bonne lecture et surtout excellente cueillette.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Laissez un commentaire